Les créations actuellement en tournée sont Desiderata et Parfois ils crient contre le vent.

DESIDERATA

Création 2020

84816557_2540379726281237_69264189442238

« La liberté d'expression totale illimitée, pour toute opinion quelle qu'elle soit, sans aucune restriction ni réserve, est un besoin absolu pour l'intelligence. Par suite, c'est un besoin de l'âme, car quand l'intelligence est mal à l'aise, l'âme entière est malade. » 

SIMONE WEIL

6 jeunes artistes sortis du CNAC s'investissent avec Sophia Perez de la question du genre. Le cœur de Desiderata est de porter leur parole avec leurs corps et leurs voltiges au portique coréen, et à la bascule, leurs mouvements dansés et leurs textes. 

Il est question de l’embarras, du bouleversement que cette question provoque chez ces jeunes artistes. Ils offrent au monde ce frisson, cette secousse, ce vertige, avec le courage de leur vérité et tentent de libérer l’expression, premier point de départ à toute révolution. 

 

On admire des corps en l’air, des chutes, des rattrapes, des portés, des courses, des coups de gueule, des confessions au micro, des danses, des étreintes, de la brutalité parfois nécessaire à rendre plus percutante la douceur d’après, la tendresse.

On voit 6 personnes qui témoignent. Il n’y a pas une parole d’homme d’aujourd’hui, mais bien de ces 6 humains là. 

 

Des corps à l’unisson dans cette voltige, et des voix qui dissonent, ou se répondent et le volume physique, et émotionnel est tout rempli. 

On en reçoit plein les yeux, et plein le cœur. 

Une mise en mouvement généreuse, libérée, intense. 

Mise en scène : Sophia Perez

Chorégraphie : Karine Noël

Auteurs - interprètes : Rémi Auzanneau, Hernan Elencwajg, Johanne Holm Veje, Tanguy Pelayo, Baptiste Petit et

Martin Richard

Création musicale, régie son : Colombine Jacquemont

Création lumières, régie générale : Vincent Van Tibeurgh et

Victor Munoz

Chargée de production : Maude Tornare 

 

" PARFOIS ILS CRIENT CONTRE LE VENT "

Création franco marocaine 2019

« L’adversité est comparable à un vent déchainé, elle nous arrache tout, sauf l’essence de ce que nous sommes véritablement. »                                                                                                                                                      ARTHUR GOLDEN

Que raconte la notion d’identité culturelle ?

Parfois ils crient contre le vent donne à voir par les acrobaties, les danses et les écrits de 5 artistes de cirque français et marocains une certaine complexité du monde qui redonne une place au débat et non pas à la polémique autour de cette question.

 

Ces artistes se livrent avec tout leur cœur, leur corps, et leurs mots, en français, arabe et anglais. Ils font ainsi la part belle au sensible, prouvant que l’identité culturelle est dynamique, qu’on ne peut la figer, la vitrifier, qu’elle est vivante, en mouvement constant.

 

Ils sont logés dans un écrin de ferraille, fait de barres, de colliers d’échafaudage, et de planches qui dessinent un auvent, leur bicoque, leur brise vent.

 

On assiste au temps de leur rencontre qui prend tout son volume dans cette structure originale qui propose une large palette de circulations acrobatiques, de parkour, de portés, autant de techniques dont ces artistes sont issus.

 

Une variation sensible et physique, toute en émotions, enlevée par le mouvement acrobatique ou chorégraphique d’ensemble.

Mise en scène : Sophia Perez

Chorégraphe : Karine Noël 

Auteurs - interprètes : Tom Neal, Said Mouhssine,

Younes Es-Safy, Cécile Yvinec (ou binôme remplaçante Olivia Lapourré), Colline Caen (ou binôme remplaçante Magali Bilbao)

Création lumière et régie générale : Vincent Van Tilbeurgh

Régie son : Rémi Clarisse

Oeil complice :  Amin Boudrika

Chargée de production : Maude Tornare